Voile: symbole de féminité

veil

L’unité et l’égalité sont des éléments importants dans les trois religions célestes : le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam. Dans sa lettre aux Galates, l’apôtre Paul écrit qu’il n’y a aucune différence entre les ethnicités et les genres devant Dieu. « Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n’y a plus ni juif, ni grec ; il n’y a plus ni esclave ni homme libre ; il n’y a plus l’homme et la femme ; car tous, vous n’êtes qu’un en Jésus Christ » (3,28). Mais il y a aussi une tentative de continuer à faire la distinction entre l’homme et femme pour suggérer qu’il reste encore des différences entre les deux sexes.

La semaine passée, un colloque a eu lieu à l’Université de Genève pour célébrer un des moyens de différencier homme et femme : le port du voile. Ce colloque, Voile, corps féminin et pudeur, entre Islam et Occident, a traité de nombreux thèmes, y compris le voile religieux, le voile patriarcal et le voile esthétique. Comme croyante, la question du voile religieux dans le christianisme a  particulièrement suscité mon intérêt.

 

veil1

En donnant son discours « Prophétiser la tête nue » : le statut des femmes dans les premières communautés chrétiennes, M. Andreas Dettwiler, doyen du Faculté de Théologie à l’Université de Genève, a montré que la tradition religieuse du voile date depuis l’époque de Jésus Christ. Il a présenté le fameux passage dans la première lettre de Paul à l’église corinthienne, qui s’agit des exigences à son peuple. Dans cette lettre, Paul demande aux femmes de se couvrir les têtes lorsqu’elles prient Dieu. M. Dettwiler  a essayé de déterminer la signification du terme « se couvrir » en disant que la couverture peut se référer soit aux cheveux soit au voile. Si Paul exige le port du voile ou pas,  Il rejette quand même l’absence d’une couverture devant Dieu pour les femmes, c’est-à-dire il n’accepte pas l’unité des deux sexes. On trouve donc une tension dans ses lettres. D’une part, le principe d’unité et d’égalité, et d’autre part, la tentative de faire la distinction entre les femmes et les hommes.

Au lieu d’accepter le stéréotype de femme voilée comme femme « opprimée », peut-être qu’on peut fêter le voile comme symbole de ce que Dieu a donné uniquement aux femmes : nos corps, notre sagesse, notre énergie terrestre. A travers le voile, toutes les femmes de n’importe quelle religion céleste, femmes juives, femmes chrétiennes, femmes musulmanes, peuvent se rassembler pour célébrer notre féminité.